Accueil Publications médicales La maladie coeliaque : aspects actuels

Publié le : 19 octobre 2004
Imprimer Imprimer cet article

Auteur :
Didier Mennecier

Didier Mennecier
La maladie coeliaque : aspects actuels

La maladie coeliaque est une maladie qui a "changé de visage". En effet, sa présentation clinique s’est progressivement modifiée au cours des décénies, pour devenir très trompeuse.

La prévalence globale de la maladie coeliaque (MC) en France semble être bien plus forte que celle qui fut précédemment rapportée, avec une estimation de 388 pour 100 000 dans la population adulte, d’après l’étude séro-épidémiologique réalisée dans la région lilloise. C’est donc une pathologie qui n’est pas rare.

Il est actuellement bien défini que la majorité des sujets atteints sont pauci-symptomatiques ou asymptomatiques. Ils ne présentent pas obligatoirement la triade clinique classique “ diarrhée chronique - stéatorrhée - amaigrissement ”. Il faut savoir donc l’évoquer en médecine générale devant une symptomatologie discrète et parfois trompeuse.

Les manifestations cliniques digestives évocatrices peuvent associer :
- des douleurs abdominales diffuses (25 à 50 %),
- une distension abdominale (18 à 70 %),
- des nausées (18 à 32 %)
- ou une constipation (3 à 33 %).

JPEG - 17.5 ko
Biopsie duodénale
Muqueuse duodénale présentant une atrophie villositaire totale.

Ces symptômes peuvent évoquer des troubles fonctionnels intestinaux en s’intégrant parfaitement dans les critères ROME II du syndrome du colon irritable. Une publication récente a confirmé la difficulté du diagnostic en trouvant une prévalence de 5 % de la maladie coeliaque chez l’adulte consultant en gastro-entérologie pour des troubles fonctionnels intestinaux.

L’anémie par carence martiale reste la manifestation extra-intestinale la plus fréquente (46 %). Cette anémie répond très favorablement au régime sans gluten, et ne nécessite pas avant 6 mois, de supplémentation martiale per os.

Une hypertransaminasémie isolée a été également rapportée chez 9 % de patients ayant une MC .

L’importance de poser le diagnostic de la maladie réside dans la prévention d’apparition de lésions malignes du grêle. En effet, la prévalence de ces lésions au cours de la MC non traitée est de 5 à 15 % avec un taux de lymphomes malins non-hodgkiniens multiplié par 40 à 100 par rapport à celui de la population générale. Le régime sans gluten apparaît comme le seul traitement préventif vis-à-vis de la survenue de ces atteintes malignes .

Un dépistage sérologique de la maladie coeliaque peut être proposé par la réalisation des anticorps anti- endomysium et anti-gliadine dont la corrélation est excellente .

Le résultat de ces sérologies n’exclura pas de pratiquer une endoscopie digestive haute pour rechercher une atrophie villositaire qui apporte la preuve diagnostique de la maladie coeliaque.


Pour en savoir plus sur la Maladie Coeliaque
- Mennecier D, et al. Diarrhée aiguë révélatrice d’une maladie coeliaque. Presse Med 2004 ;33(8):530-2.
- Mennecier D, et al. Syndrome du colon irritable et maladie coeliaque. Rev Med Interne 2003 ;24(3):204-5.
- Couignoux S, et al. Prévalence de la maladie cœliaque de l’adulte en population générale. Premières données dans le Nord de la France (Abstract). Gastroenterol Clin Biol 2000 ;24:A125.
- Sanders DS, et al. Association of adulte coeliac disease with irritable bowel syndrome : a case-control study in patients fulfilling ROME II criteria referred to secondary care. Lancet 2001 ;358:1504-8.
- Holmes GKT et al. Malignancy in coeliac disease-effect of a gluten-free diet. Gut 1989 ;30:333-8.
- Vahedi K, et al. Maladie cœliaque de l’adulte. Gastroenterol Clin Biol 2001 ;25:485-494.





Bookmark and Share

Imprimer Imprimer cet article


Réactions à l'article :